Test : Kobo Aura Edition 2, la fin du livre de poche ?

J’ai pu essayer la Kobo Aura 2, liseuse très compacte (6’’) disponible depuis septembre 2016. Le marché des liseuses s’est développé rapidement et continue à s’étoffer au fil des mois. L’avantage de ce type de produit est principalement l’écran E-ink spécifiquement conçu pour « remplacer » le papier, tout en apportant un confort de lecture similaire.

Le choix est donc vaste, Kobo est un des leaders du marché face à la célèbre gamme Amazon Kindle. Ils proposent différentes tablettes de différentes tailles (notamment la Kobo Aura One, beaucoup plus grande, 7,8″).

Cette petite liseuse (113 x 159 x 8,5mm) est très agréable à prendre en main, elle n’est pas beaucoup plus grande qu’un iPhone 6s Plus, tout en étant bien plus légère (180g contre 192g). Facile à transporter et à glisser dans un sac ou dans une (grande) poche, c’est le top au niveau mobilité. L’unique bouton On/Off de la liseuse est situé sur le dos et un port micro USB sur la tranche inférieure pour la recharge. La page d’accueil de la tablette est simple et bien pensée, elle permet en un clic de rechercher un livre, de reprendre la dernière lecture en cours et propose également des livres similaires sur le Store. Des options de personnalisation bien pratique vous permettront de modifier la police, la taille, etc., comme cela est habituellement proposé sur la totalité des liseuses.

L’autonomie annoncée est de deux mois à raison de 30 minutes de lecture par jour en ayant le Wifi coupé. Pour ma part, une seule recharge pour plus de quinze jours de lecture intensive : plusieurs heures par jour, wifi activé et luminosité moyenne. A tester de manière plus approfondie avec le temps. Mais je trouve cela déjà parfait.

Les passionnés de lecture pourront donc accéder à des milliers de livres facilement, n’importe où grâce au Wifi intégré qui permet de télécharger et de stocker toute sa bibliothèque numérique (4Go de mémoire, soit environ 3000 livres). A noter que le prix des livres est souvent plus abordable en version dématérialisée et que pas mal de livres sont disponibles à moins d’un euro. Mais ce n’est pas toujours le cas, certains livres sont bizarrement plus chers qu’en version papier. Victime de leur succès, marge exagérée ? d’autant plus qu’une version numérique est logiquement  bien moins chère à produire…

iPhone/iPad ou Kobo ?

J’ai donc été agréablement surpris par la légèreté du produit et par l’écran qui donne vraiment l’impression d’avoir du papier entre les mains. Sa taille est similaire à une page d’un livre de poche, je trouve que c’est une bonne chose pour rester dans cette optique d’ultra mobilité sans chambouler les habitudes de l’éventuel utilisateur (c’est plus déroutant lors de l’utilisation d’un iPhone). Ecran qui est rétroéclairé, ce qui est un vrai avantage sur le livre selon moi. D’ailleurs, l’intensité lumineuse réglable permet d’adapter au mieux celle-ci à vos yeux, et de garder un certain confort de lecture, même dans le noir total. A ce propos, si l’écran et la luminosité sont bien réglés, je trouve que même lors de longues lectures, cette liseuse ne provoque pas de fatigue oculaire contrairement à une lecture sur smartphone par exemple. Car même si les grands iPhone peuvent faire offices de liseuses, ils ne font pas le poids face aux « vraies » liseuses, et ce malgré les améliorations ajoutées au fil du temps, comme le mode nuit d’iBooks et la fonction Night Shift qui modifie le contraste et le ton pour un meilleur confort.

A propos de cette fonction Night Shift sur iPhone/iPad, je la trouve désormais indispensable, très utile, elle apporte un réel confort, que ce soit pour lire ou pour faire n’importe quelle autre tâche sur votre smartphone, et elle peut être activée automatiquement sur une plage horaire choisie, ou simplement via l’écran de contrôle de l’iPhone.

Les smartphones et tablettes sont des outils très polyvalents, ils font beaucoup de choses, et ils le font bien. Pour une personne qui lit peu (ou qui n’a pas mal aux yeux), ce sera bien évidemment suffisant. Egalement parfait si vous lisez des magazines, je pense notamment à l’excellente application Le Kiosk qui vous permettra d’accéder à tous vos magazines favoris depuis votre smartphone (le choix s’étoffe de jour en jour). Mais pour un vrai passionné de lecture, ou simplement pour une personne à la recherche d’un certain confort de lecture, les liseuses sont des outils indispensables, non polyvalents certes (ça a parfois du bon), mais elles sont spécialisées dans leur domaine, exclusives : elles ne font pas grand chose, mais ce sont elles qui le font le mieux. Celle-ci fait encore moins qu’avant : la première version proposait des jeux (échecs et Sudoku).

Selon moi, le défaut de cette Kobo concerne la luminosité de l’écran : sur le bas de l’écran, lorsque la luminosité est activée, de légères zones sombres apparaissent sur le bas de l’écran, entre les lampes, à la manière d’un vieil écran de mobile. Défaut répandu ou simplement sur mon modèle ? à voir, mais heureusement cela ne gêne en rien la lecture, ça laisse simplement une sensation de cheap. Un autre point négatif, même s’il n’est pas rédhibitoire, concerne la lenteur d’exécution des menus. Ca « rame » lorsque l’on navigue dans les menus, et j’ai bien peur que ce ne soit davantage ralenti au fil des livres installés. A côté de ça elle se met en veille et se rallume très rapidement. Pour les pré-Alzheimer, une liseuse propose un historique de lecture qui vous permettra de savoir si vous avez oui ou non lu tel ou tel livre. Une excellente chose.

La mort du livre papier ?

C’est un sujet qui a souvent été abordé et qui a fait couler beaucoup d’encre au fil des années. Personnellement, je ne pense pas. C’est selon moi une évolution du livre, comme pour tous les domaines transformés par les nouvelles technologies.

Un des avantages d’une liseuse est de pouvoir être au courant des nouveautés ou des suites de livres plus facilement, ou du moins plus rapidement, et de mieux s’y retrouver dans le rangement de sa bibliothèque numérique, ce qui induit un vrai gain de place si vous n’utilisez plus de version papier. Certains verront dans la version numérique le côté écologique de la chose.

Mais le papier garde, et gardera toujours selon moi du charme, à travers l’odeur, le toucher des différents papiers, le côté « possession » de l’objet exposé fièrement dans une bibliothèque.

D’ailleurs, une liseuse ne remplace pas (encore ?) tous les types de livres, et les gros livres imagés de collection resteront toujours dans votre vraie bibliothèque. Car les formats d’e-books ne sont pas tous forcément supportés sur les liseuses. Et c’est encore un bon point pour cette petite Kobo qui acceptent la plupart des formats existants.

Je pense que le papier a encore un bel avenir, parallèle à celui des liseuses, rappelons nous la prétendue mort des disques qui subsistent toujours, en complément de la musique numérique… mais il faut reconnaitre que cette Kobo Aura 2 est une excellente alternative au livre de poche.

J’étiquetais la liseuse comme un objet réservé aux très gros lecteurs, et je ne m’y étais jamais réellement intéressé. Pourtant ces tablettes, en particulier cette Kobo, présentent de réels avantages qui séduiront n’importe quel lecteur. La mobilité, le prix, la lecture dans le noir ou en plein soleil, une même plateforme pour tous ses livres, y accéder dans le train, à la plage, n’importe où sans se soucier de savoir si l’on a pris ou oublié son livre de poche à la maison… Encore faut-il ne pas oublier la liseuse à la maison, mais ça c’est une autre histoire.

Cette Kobo est donc une excellente liseuse (très) mobile, ergonomique, proposée avec un bon rapport qualité/prix (120€) et que je vous recommande. Et vous, avez-vous opté pour ce nouveau moyen de lecture qui s’est développé à vitesse grand V ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *