Le F-35 viendra rencontrer le Rafale au Salon du Bourget

Deux semaines après avoir annoncé l’absence de son F-35 au salon international de l’air et de l’espace du Bourget, l’armée américaine a finalement affirmé que son modèle phare sera de la partie.

L’édition 2017 se déroulera du 19 au 25 juin prochain. Elle accueillera les spécialistes aéronautiques des divers univers militaires et commerciaux du monde entier.

F-35

Ce sera l’occasion de l’afficher aux côtés du fleuron tricolore, le fameux Rafale.

Un duel de titans

La version qui sera présente à Paris est la version A à décollage et atterrissage classique. La version B à manœuvres verticales n’a pas été retenue, ni la version C destinée aux porte-avions américains.

La version A est la plus répandue dans les rangs militaires des USA. C’est également la plus fiable. C’est certainement pour ces raisons qu’elle a été choisie.

Des démonstrations sont prévues en statique et en vol. La liste précise des appareils militaires n’est pas encore connue, mais on est quasiment sûr de la présence du Rafale.

Le F-35 présente des caractéristiques extraordinaires : Une capacité d’emport de 9 tonnes, une vitesse de 1930 kilomètres par heure, un rayon d’action de 1080 kilomètres… Il est censé être six fois plus efficace que les appareils actuels en combat aérien et en surveillance, et huit fois plus efficace en attaque au sol.

Très manœuvrable, c’est un concentré technologie abouti qui offre même une vision à 360 degrés pour son pilote, grâce à un casque intégré novateur.

Rafale

Le Rafale, cet excellent appareil multirôle n’est pas en reste avec ses 9,5 tonnes d’armement, sa vitesse maximale similaire, et surtout… son succès, sa fiabilité éprouvée et ses démonstrations positives sur tous les théâtres d’opérations ces dernières années.

Une polyvalence remarquable

Ce bijou technologique propose une polyvalence hors du commun. Il a d’ailleurs été développé pour être utilisé au sein des trois armées américaines. Trois variantes pour un même modèle, une option censée apporter des économies importantes sur le plan financier.

La France n’est pas en arrière puisque c’est le modèle qu’elle a appliqué, notamment avec le Rafale Marine qui a mis à la retraite le Super Étendard Modernisé.

Cela n’a pourtant pas été le cas tout au long de son développement, qui a accumulé un énorme retard de sept ans et provoqué un dépassement de budget estimé à 68%.

De nombreux problèmes techniques survenus lors des phases d’essais sont à l’origine de ces désagréments. En effet, des dysfonctionnements du logiciel de radar sont apparus, du système de refroidissement pour les munitions, problème de siège éjectable qui se révélait trop dangereux pour les pilotes légers… Un incendie douteux du moteur a ensuite cloué au sol les 97 appareils construits en 2014 pour expertise.

F-35

Au final, le coût total du développement à l’achat est estimé à… 1,50 billion de dollars sur les  cinquante prochaines années ! Un gouffre financier pour espérer maintenir l’aéronef opérationnel jusqu’en 2070.

Ce qui conduit à un prix d’achat allant de 182 millions de dollars pour la version A jusqu’à 300 millions de dollars pour la version C. Des prix astronomiques qui jouent logiquement en défaveur du F-35. En comparaison, le prix du Rafale varie « seulement » de 73 à 78 millions d’euros selon sa version. Ce qui fait quatre Rafale pour le prix d’un F-35. Et je ne parle même pas des autres avions de chasse moins chers du marché.

Tout cela explique peut-être la controverse autour de la venue – ou non – de l’appareil au Bourget. Les États-Unis ont semble-t-ils voulu en faire trop, en mettant le maximum de leur savoir-faire dans ce condensé technologique furtif, et à trop en faire…

Cet appareil censé être LE fighter nouvelle génération restera visiblement au rang d’avion de seconde classe, surtout face au F-16 toujours compétent et au F-22 plus pertinent pour le combat rapproché. De plus, la furtivité de ces appareils, comme celles des navires de guerre modernes de toutes les armées sera peut-être bientôt obsolète du fait de l’amélioration de la précision des radars à basse fréquence.

Cela étant dit, la venue du F-35 au Salon du Bourget reste une excellente nouvelle pour tous les passionnés d’aéronautique, qui pourront admirer l’appareil et continuer le débat face à ce chasseur controversé…

F-16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *