L’Hyperloop pour relier la Corse et la Sardaigne, utopique ?

On entend de plus en plus parler de l’Hyperloop. Ce concept futuriste est déjà en cours de développement par plusieurs sociétés américaines, comme celle du milliardaire Elon Musk, à savoir Space X.

Une étude a récemment présenté une intégration du moyen de transport entre la Corse et la Sardaigne, pour relier les deux îles du nord au sud.

Ce mode de transport ultra rapide pourrait bouleverser les habitudes de vie dans la région, et révolutionner le transport mondial à long terme.

Relier deux îles pour n’en former plus qu’une

Le projet qui a participé à l’Hyperloop One Global Challenge vise à relier le nord de la Corse à Cagliari, au sud de la Sardaigne en 30 minutes, grâce à une vitesse incroyable de 1200 kilomètres par heure. Sept stations d’arrêts seraient présentes sur le trajet pour délivrer l’ensemble de la région.

La voie sous-marine serait privilégiée pour ce « tube » impressionnant, pouvant ressembler selon les premières ébauches à un gros pipeline. Les premiers exemplaires de l’Hyperloop voient le jour pour être testés dans le désert américain.

Audace et ambition font partie intégrante de cette idée régionale qui vise à intégrer une technologie très futuriste dans un environnement réputé pour ne pas l’être, et c’est tout ce qui fait son charme. Authentique, sauvage et peu touché par les méfaits du temps, il ne faudra pas le dénaturer pour mettre en œuvre ce moyen de transport.

Côte sarde vue depuis Bonifacio

Si la voie sous marine est privilégiée, il faudra songer aux risques pour l’écosystème marin et tenter de le préserver par tous les moyens, quitte à renoncer à cette idée pour ne pas mettre en péril la faune et la flore.

Rapidité et écologie comme maîtres mots

L’hyperloop se veut écologique grâce à son système sans frottements qui fait « flotter » la capsule de transport dans le tube et la propulse via des moteurs à induction linéaire.

C’est un système qui rassemble de nombreux atouts pour devenir un mode de transport très prisé à l’avenir. Annoncé comme moins coûteux qu’un train à grande vitesse selon les promoteurs, il pourra supplanter tous les transports rapides utilisés à l’heure actuelle.

Ce rapprochement inédit relierait deux îles pour former une grande zone économique et augmenter ainsi les flux circulatoires entre les deux régions. La première utilisation sera touristique. Quoi de plus pratique que d’avoir la possibilité de visiter Corse et Sardaigne grâce à des déplacements faciles et peu contraignants.

Certes, des liaisons maritimes existent mais leurs coûts resteront certainement supérieurs à ce transport moderne qui se veut de masse. Autre désagrément, les conditions météorologiques qui  perturbent très souvent la traversée des Bouches de Bonifacio, lieu réputé pour être venteux.

L’Hyperloop permettrait également d’accroître les transferts de frets entre les deux îles, pour favoriser un développement économique mutuel.

L’obstacle principal restera la capacité des autorités publiques à accompagner financièrement la construction d’un tel ouvrage.

D’autres projets mettent en avant ce mode de transport incroyable pour relier rapidement Paris à Amsterdam, ou Dubaï et Abu Dhabi. Onze lignes qui pourraient voir le jour aux États-Unis ont déjà été présenté.

Ce projet méditerranéen d’implantation de l’Hyperloop fascinera à Paris ou Dubaï, mais étonnera en Corse. Les avis de la population pourront être tranchés face à cette débauche de technologie, entre modernisme extrême et conservatisme traditionnel.

En attendant, l’Hyperloop n’en finit pas de faire le buzz et de poursuivre ses essais. Nous verrons à l’avenir… et vous, pour ou contre ce transport novateur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *